Le club

RE Virton
 

Le Royal Excelsior Virton est un club belge de football fondé en 1922. Avec le matricule 200, dans les registre du football belge, il évolue en 2018-2019 en Division 1 Amateur. C’est sa 56e saison dans les séries nationales belges.

L’Excelsior, c’est le plus beau palmarès de la province de Luxembourg. Club numéro 1 de la province depuis plusieurs décennies, l’Excel a une riche histoire.

Outre de nombreux titres de champion en divisions provinciales, on peut épingler au palmarès du club deux sacres en promotion (1985-86 et 1994-95) et autant en D3 (2000-01 et 2012-13). De plus, le club a soulevé la coupe provinciale à dix reprises pour cinq finales perdues.

Le club a également participé à quatre reprises aux 16èmes de finale de la coupe de Belgique face à des pensionnaires de D1, une fois à Genk et deux fois face à Courtrai avec autant de défaites après prolongations. Et Dernièrement face à La Gantoise avec une assistance record de 4800 personnes.

Tout au long de ces années, l’Excel a permis à de nombreux joueurs de briller pour ensuite découvrir ou redécouvrir la D1. Rien que sur ces dernières années, on peut citer Thomas Meunier (PSG), Renaud Emond (Standard de Liège), Timothy Castagne (Atalanta Bergame)… Et on en passe de très nombreux.

Le centre de formation de Virton s’est forgé une réputation à travers la Belgique. C’est une véritable fierté gaumaise et la base de l’ADN du club.

Même si le club a connu des difficultés sur les dernières saisons et si l’équipe première a connu un championnat compliqué, l’académie des jeunes n’a jamais été aussi en forme.

Dans toutes les catégories, les formateurs gaumais font un travail exceptionnel et, si le club est resté en vie et si l’équipe première s’est sauvée, il ne fait pas l’ombre d’un doute que les jeunes virtonais n’ont pas de complexes à nourrir vis-à-vis des jeunes d’autres clubs belges de la division 1.

Cela veut dire qu’à l’heure actuelle, Virton fait partie des 15 meilleurs centres de formation du pays ! C’est donc une donne non-négligeable puisqu’on peut espérer que dans tous ces gamins, quelques-uns pourraient évoluer au plus haut niveau footbalistique.

Au-delà de sa commune et de sa région proche, c’est tout le football luxembourgeois qui s’identifie à Virton.

Clairement, c’est toute une région, une province qui profite de l’impulsion virtonaise. Tout le monde n’en est peut-être pas conscient mais il serait intéressant de se demander où en serait notre football en province de Luxembourg, déjà considéré comme parent pauvre du pays, sans son club phare.

Pour s’en convaincre, il suffit simplement un lundi d’ouvrir un journal régional, de regarder les fiches techniques des rencontres des clubs de nationale ou de première provinciale et de compter le nombre de joueurs passés ou formés par Virton. C’est assez impressionnant.

De plus, on peut également se demander ce que serait devenu un Thomas Meunier si Virton ne lui avait pas redonné goût au football quand il a été « jeté » du Standard. Et Renaud Emond, aurait-il gravi les échelons du football belge s’il n’avait pas fini meilleur buteur de D3 avec l’Excel ?

Et cela vaut aussi pour les « étrangers ». Un Karim Belhocine, aurait-il fait carrière si Virton ne lui avait pas permis de quitter la CFA pour jouer en D2 ?

C’est pour toutes ces raisons que tous les amateurs de football de la province, les entreprises de la province, de la grande région ou encore les institutions soutiennent la passion virtonaise.